Notre histoire

Découvrez l’historique de notre association :

2002

L’association La Maison d’Aïna est créée en France par Hanta Ramakavelo, en mémoire et suivant le désir de sa fille Aïna, décédée brutalement en région parisienne, le 25 février 2002, à l’âge de 9 ans et demi. Lorsqu’on lui demandait ce qu’elle désirait faire plus tard, Aïna disait qu’elle « s’occuperait des enfants pauvres et des orphelins ».

2003-2005

Après la création de l’association française, La Maison d’Aïna (LMA) débute ses activités à Madagascar, en partenariat avec l’association « Akany Aïna » d’Ambatolampy (104), située à 70 km de la capitale Antananarivo. La petite école existante devient, grâce à l’apport de LMA, une école primaire accueillant une centaine d’élèves. Lancement des programmes alimentaires et médicaux. En 2005, débute à La Maison d’Aïna une formation artisanale, suivie d’un atelier de confection en vannerie, en faveur des mamans veuves ou élevant seules leurs enfants. Les objets artisanaux en raphia sont vendus et génèrent un revenu d’appoint à ces mères. LMA a 6 employés. Budget d’environ 700€/mois.

2006

Rupture du partenariat avec « Akany Aïna ». Réorientation de « La Maison d’Aïna » et poursuite de ses activités scolaires et sociales en partenariat avec la Mairie d’Ambatolampy.
Location d’une maison de 200m² pour y aménager une école de 3 classes (77 enfants scolarisés) et un lieu de vie pour 3 mamans (veuves ou isolées) qui vivent sur place avec leurs enfants.
Acquisition d’un terrain de 6000m² à Talakimaso, situé en pleine zone rurale, 6km avant d’arriver à Ambatolampy : 4 familles malgaches s’associent pour donner un terrain où pourra être construite une école en faveur des enfants les plus démunis de ce quartier.

LMA a 7 employés. Budget d’environ 950€/mois.

2007

LMA commence la construction de l’école à Talakimaso, un quartier de la commune rurale de Manjakatompo, dans la région d’Ankaratra. Dans cette petite localité, habitent environ 200 familles paysannes, soit 1000 personnes environ, vivant essentiellement de la culture, sans eau courante ni électricité, sans sanitaires ni une quelconque structure communale. À partir d’un vieux container maritime, donné par la société MAERSK, 3 classes sont aménagées.

En septembre 2007, ouverture officielle de l’école privée LMA, accueillant des enfants du Préscolaire (Classe Maternelle) au CE. Une partie des enfants scolarisés précédemment à LMA/Ambatolampy se joint aux nouveaux élèves. Au fur et à mesure des moyens reçus, construction des classes et structures supplémentaires : cuisine, cantine, WC. 

2008

Inauguration de l’école, en mars 2008, par Monsieur le maire de Manjakatompo en présence de plusieurs personnalités ainsi que de tout le quartier.

2009-2010

Le 2ème bâtiment scolaire est édifié. Il comprend : 4 salles de classe, une bibliothèque-médiathèque, un espace de stockage et une grande cave, creusée dans le sol.

Les classes sont aménagées, la bibliothèque meublée et équipée de nombreux livres en français, et quelques-uns en malgache. Cette salle sert également de lieu d’activités pour les enfants en période de vacances, de salle de réunion avec les familles, pour les fêtes et pour les occasions spéciales. L’école scolarise alors 168 élèves, divisés en 7 classes. Les enfants ont un repas gratuit le midi (souvent le seul de la journée) et sont tous suivis sur le plan médical. Les familles bénéficient du planning familial mensuel, de formations à l’hygiène, à l’espacement des naissances…

2011

Construction du grand atelier, accolé au 2ème bâtiment scolaire
Cet atelier de 75m² est destiné à la formation professionnelle : projet de garage mécanique auto d’une part, et atelier vannerie (réalisations de paniers et divers articles de vannerie), d’autre part. Une grande porte est installée, sécurisée.
Des bureaux sont prévus ultérieurement dans la partie supérieure, sur une mezzanine à 3m du sol.

2012 : Célébration des 10 ans de l’association, un hymne à la vie !

À l’occasion des 10 ans de l’anniversaire du décès d’Aïna et de la création de l’association, une journée de célébration a été organisée au CCI d’Ivato – Antananarivo, le 25 février 2012 par l’équipe de LMA Madagascar. Tous les enfants de La Maison d’Aïna, de la maternelle à la Terminale, se sont rendus à la capitale. Ils ont présenté un spectacle de chants et de danses, et témoigné de leur vie à La Maison d’Aïna. Au travers de l’école et des programmes mis en place (alimentation, santé, constructions…) c’est, en effet, le quotidien de plus de 200 personnes qui est transformé. Différents intervenants ont pu aussi partager leurs espoirs et relaté le travail de qualité mené par l’association auprès des habitants de Talakimaso -Ambatolampy.

Ce fut une journée magnifique pour tous les invités et participants, qui ont pu se régaler le midi autour d’un repas de qualité. Des artisans étaient également présents pour proposer leurs produits artisanaux. L’association malgache « FITIA » (« Amour ») a été l’un des partenaires de choix de cette journée.

Les enfants et le personnel de Talakimaso sont repartis à l’issue de la fête avec des étoiles plein les yeux, émerveillés de ce qu’ils avaient vécu pendant ces 3 jours, car pour beaucoup, c’était la première fois qu’ils se rendaient à Antananarivo. Une expédition mémorable pour tous, ayant nécessité la location de plusieurs taxi-brousse.

2013-2014

Le développement de l’école a suivi son cours, les classes de collège ont été ouvertes jusqu’à la 3e, certains enseignants sont partis, d’autres recrutés…

2015 : du nouveau !

2015 marque un nouveau tournant dans la vie de l’association, en France et à Madagascar. C’est déjà un plaisir immense de voir le parrainage d’un enfant réussir, et c’est encore une plus grande émotion quand il devient possible de rénover, ou de construire, grâce au soutien des parrains/marraines et donateurs, les habitations des familles des filleuls.

Quand une nouvelle comme celle-ci arrive à La Maison d’Aïna-Madagascar, c’est toujours l’effervescence ! L’équipe technique de l’école s’active pour répondre au plus vite à la réalisation d’un devis sur les travaux demandés. Ce devis est discuté et étudié par l’association en France qui débloque ensuite les fonds vers La Maison d’Aïna-Madagascar qui supervise la réalisation des travaux sur place et lui en rend compte.

L’équipe en charge du chantier prend régulièrement des photographies, ce qui permet aux donateurs de suivre les avancées des travaux. Même à 10 000 km de distance, c’est comme s’ils étaient sur place ! Une « maison solidaire » est aussi construite, toute de brique, pour une famille, avec coin cuisine, douche, et plusieurs chambres, un luxe ici.

Ce qui a été possible pour ces deux familles, nous souhaiterions le généraliser aux enfants de Talakimaso.

   

 

 

 

 

 

 

Les temps forts

Un clown à l’école… mais pourquoi ?

Lors des congés scolaires d’avril, un groupe d’animateurs professionnels s’est déplacé à l’école de l’association. Pour la première fois, les enfants, et même les adultes, ont pu découvrir des spectacles avec des clowns et des mascottes. Jusqu’à la dernière minute, les enfants n’imaginaient pas ce qui se tramait, le personnel encadrant n’ayant pas eu le droit de laisser échapper le moindre mot à ce sujet. Ils pressentaient néanmoins que quelque chose d’important se préparait ! Ils ont pu assister, ébahis et heureux, à l’arrivée de Kiwi, le clown avec ses énormes lunettes jaunes, son pantalon patchwork, et sa chevelure digne d’un Irlandais. Les plus grands se demandaient qui se cachait derrière le déguisement, et les plus petits, eux, se cachaient derrière leur maman de peur de voir ce monsieur aux grosses lunettes jaunes venir vers eux ! A l’issue de cette journée, chaque enfant est reparti avec une photographie imprimée : un beau souvenir pour chaque participant !

Opération Riz

Comme les années précédentes, une nouvelle Opération Riz est lancée, en mai 2015,pour soutenir les familles de LMA. Voici quelques explications, pour ceux qui ne connaissent pas les raisons de cet appel de fonds spécifique :
Après la 1ère récolte de riz, la période de « soudure » est celle qui précède la nouvelle récolte. C’est celle où les prix augmentent, selon le principe de l’offre et de la demande (et d’autant plus avec la spéculation sur le riz). L’achat de cette denrée de base (à Madagascar on mange du riz à tous les repas) devient compliqué pour les familles indigentes.
La Maison d’Aïna constitue donc, avant cette hausse, le stock nécessaire à tous grâce à la générosité de nombreux donateurs. Le riz est ensuite distribué aux familles de Talakimaso, en fonction du nombre d’enfants.

   

La lumière arrive dans des maisons de LMA

Grâce à des contacts avec la société SolarProd, importatrice d’équipements de production solaire, deux maisons ont pu être équipées avec un tel dispositif. La lumière est un luxe dans les pays isolés comme Madagascar où seulement 13% du pays a accès à l’électricité (ce taux est l’un des plus bas de la planète).
En plus de la lumière, l’équipement solaire installé intègre une radio FM, la possibilité de brancher une télévision 12V et un connecteur pour recharger différents téléphones portables. Dans un contexte où si peu de gens ont accès à l’électricité, recharger un téléphone portable est souvent compliqué. Les familles ainsi équipées ont pu de ce fait proposer la charge de leur téléphone pour quelques centaines d’ariary à leurs voisins, ce qui constitue un complément de revenus non négligeable.

2016 : LMA s'agrandit

L’année 2016 a commencé avec la construction d’un nouveau bâtiment sur le site. Grâce à un don exceptionnel, l’équipe technique de l’association a pu poser la première pierre et démarrer les travaux. Cette nouvelle construction est destinée à abriter des espaces de formation, et d’hébergement. L’équipe a travaillé sur les fondations, avec l’inauguration de la phase de mise en fondation. Les moellons en granit servant aux fondations proviennent de la carrière proche de l’école, les briques sont fabriquées à Ambatolampy. Les travaux ont quelque peu été ralentis par la saison des pluies mais le résultat est encourageant, même s’il reste encore beaucoup à faire.

 

Les temps forts

Un déjeuner de partage avec VATEL

Le samedi 27 février 2016 un « Déjeuner de Partage » a été organisé à Tananarive chez Vatel, Ecole Supérieure d’Hôtellerie et de Tourisme. 12 enfants, dont 9 qui étaient suivis à La Maison d’Aïna depuis 2003 ont animé ce déjeuner. Cette délégation a pu partager l’âme de LMA aux invités. Cette journée s’est concrétisée par 3 parrainages supplémentaires.
L’association a vendu 73 billets d’entrée, pour un montant de 3 315 000 Ariary, soit un bénéfice net de 1 677 500 Ariary. La présentation des activités de l’association a été enrichie par les danses et les chants des enfants.
Le déjeuner a été suivi d’une séance de brainstorming par table pour proposer des projets économiques. Plusieurs propositions pertinentes ont été recueillies, 7 actions concrètes ont été mises à l’étude :

  1. Élevage de volailles
  2. Pisciculture
  3. Culture de légumes
  4. Fabrication de biscuits artisanaux typiques
  5. Atelier d’artisanat pour fabriquer tous les accessoires nécessaires dans le futur gîte d’accueil
  6. Polissage de pierres semi-précieuses en partenariat avec la société Stoneland
  7. Ferronnerie -Grilles de protection

Les projets qui regroupent les personnes au sein de l’association ont été privilégiés pour cimenter l’équipe de parents et former tout le monde à une culture d’excellence.

 
Projet Aquaculture

Ce projet a été évoqué lors de l’Assemblée Générale de mai 2016 par Hanta Ramakavelo, la présidente à Madagascar : la création d’un bassin pour y faire un élevage de poissons, permettant ainsi une amélioration nutritionnelle pour les enfants et les familles travaillant à l’école.
Pour ce projet, un employé de l’association, M. Tsoa a suivi une formation spécialisée pendant 3 jours à Tsiroanomandidy (ville située à 220 km à l’ouest de la capitale Tananarive). Après plusieurs mois de travaux, le bassin a vu le jour en octobre : plus de 5 personnes ont creusé, pendant plus de 50 jours, ce bassin alimenté en permanence par un petit filet d’eau au bas de la colline, à 500m environ de l’école (le terrain de l’école est grand). Environ 450 alevins de tilapia y ont été délicatement déposés. M. Tsoa a été chargé de les nourrir deux fois par jour. 5 à 6 mois plus tard, les premiers poissons « made in La Maison d’Aïna » ont été dégustés, mais c’était un peu tôt, ils n’étaient pas bien gros !

 
Journée de rencontre et de partage avec l’école Mahasoazaza

Les enfants et professeurs de l’école privée Mahasoazaza d’Antananarivo sont venus à Ambatolampy pour découvrir LMA. Pour les reconnaître, rien de plus simple : les élèves de La Maison d’Aïna portent leur veste violette caractéristique, et leurs invités sont en bleu marine.
Après le discours de bienvenue et la danse d’accueil des élèves de La Maison d’Aïna, des groupes d’enfants ont été mis en place par tranche d’âge, les plus grands s’occupant des plus petits, pour un temps de jeux avant le repas de midi. C’était un véritable plaisir de voir tous ces enfants jouant et discutant entre eux. Les professeurs ont, pour leur part, visité l’école, les bâtiments et les projets en cours. Quelle surprise pour eux de voir que notre école a été construite à partir de 2 containers ! Eh oui, que de travaux réalisés depuis 2007 !
Midi a sonné l’heure du sakafo (repas en malgache) et du partage : les enfants de l’école Mahasoazaza ont fait profiter de leur propre repas nos élèves. La consigne a donc bien été passée quant au but de cet échange entre deux écoles très différentes, l’une de la capitale et l’autre d’un milieu rural. Un grand merci aux élèves et professeurs de l’école privée Mahasoazaza d’avoir pris de leur temps pour venir rencontrer nos élèves.

Misaotra Tompoko ! (merci messieurs-dames)

2017 : La Maison d'Aïna se restructure !

A la faveur d’un changement de Conseil d’administration de La Maison d’Aïna-France, celui-ci fixe un nouveau cap à l’association : Entrer dans la cour des grandes associations œuvrant en faveur de l’enfance défavorisée ! Pour ce faire, les Statuts sont modifiés, une Charte d’éthique et de déontologie et un Règlement intérieur fixent désormais le cadre du parrainage et des liens unissant les parrains et marraines à leurs filleuls. Une Charte de fonctionnement définit parallèlement le travail des deux Conseils d’administration français et malgache afin de resserrer les liens des deux entités et de clarifier les champs d’action de chacun et un Cabinet comptable malgache est recruté pour superviser les comptes de l’association.

En novembre 2017, Inner Wheel, une organisation féminine du Rotary Club, a financé une opération d’éducation citoyenne et artistique auprès des enfants de Madagascar en partenariat avec LMA, pour partager des valeurs positives. À l’initiative de Hanta, Présidente de LMA-Madagascar, 4 chansons et 1 poème ont été composés et un CD enregistré avec les voix de 10 enfants de LMA (5 filles et 5 garçons).

Quels étaient les objectifs de ce projet ? Outre la valorisation personnelle pour les 10 « chanteurs », il s’agissait au travers des textes dits/chantés de :

  • Cultiver des comportements responsables et engagés chez les enfants pour les entraîner à avoir un impact positif sur la société.
  • Développer un état d’esprit ouvert, curieux, s’efforçant à donner le meilleur pour progresser.
  • Donner des perspectives positives à créer ensemble pour l’avenir et canaliser l’énergie pour participer à une société meilleure.

L’enregistrement a eu lieu à Tananarive, dans un des meilleurs studios, dirigé par un grand artiste connu. Y aller a boosté les rêves des enfants ! Le CD est maintenant sorti, et sa distribution est lancée sur tout Madagascar. Le titre du CD est « ANKIZY MISANDRATRA », ce qui veut dire « DES ENFANTS QUI AMELIORENT L’HISTOIRE ». Le CD est entièrement en malgache, les enfants y ont donné tout leur cœur, c’est magnifique !

Vous pouvez écouter les chansons ci-dessous :

2018 : La refondation de LMA se poursuit

De nouvelles priorités sont définies : Dans un souci d’équité, les Conseils d’Administration de LMA-France et Madagascar ont décidé le traitement égalitaire de tous les enfants et de toutes les familles, donc, l’arrêt des versements financiers en direct aux familles ayant un enfant parrainé. En effet, jusqu’en novembre 2018, les familles recevaient une petite somme, pour contribuer aux frais d’hygiène et d’entretien de leurs enfants. Désormais, les parrainages serviront à tous et contribueront, à 100%, aux frais de fonctionnement généraux.  Les autres mesures prises concernent le renforcement des contrôles pédagogiques et de la formation des enseignants, ainsi que de la collaboration avec le Cabinet comptable Etika. L’accent est mis sur la transparence, la traçabilité des comptes, et sur la collaboration entre les deux CA autour des valeurs d’accompagnement et de respect.

 

Temps forts

Scolarité

Durant l’année scolaire 2017-2018, nous avons assuré la scolarité de :

    • 95 élèves du CP1 à la classe de 3e, encadrés par 8 enseignants
    • 11 élèves en lycée et apprentissage, 1 élève à l’université

Les réussites aux examens (été 2018) : CEPE (en fin de CM2) : 4/12 ; Brevet des collèges : 5/12. L’équipe enseignante fait de son mieux pour améliorer ces résultats à l’avenir.
Chaque jour, ce sont en moyenne 110 repas qui sont servis, soit environ 33 000 sur l‘année !

Le cyclone Ava bouscule la rentrée scolaire de janvier

La rentrée scolaire a été repoussée au 8 janvier à cause du cyclone AVA. LMA-Mada a distribué des bonbons, chocolats et biscuits pour les enfants ainsi qu’un goûter pour les adultes afin de partager des douceurs en démarrant la nouvelle année ensemble.
Chaque famille a reçu des produits de base :

    • riz : 6 kg/ famille, 3 kg/ élève,
    • 1 L d’huile/ famille,
    • 1 savon/ famille et 1/ élève,
    • 1 Kg de sucre/ famille.

Laissons la parole à la Présidente de LMA-Madagascar : « C’était vital à cause du cyclone AVA et nous sommes vraiment reconnaissants de pouvoir aider chaque famille aussi concrètement pendant ces temps difficiles. En effet, les rizières cultivées sont inondées, donc pas de travail des champs possible donc pas de salaire au jour le jour. C’était plus pertinent que de dépenser plus pour faire la fête. Nous savons que les familles peuvent ainsi manger pendant plusieurs jours en attendant l’accalmie de la météo. »

Recrutement pédagogique

Au printemps 2018, l’association a fait faire un audit pédagogique, par une directrice d’école expérimentée ; c’est un apport précieux pour améliorer les points faibles de l’enseignement dispensé à l’école de LMA. Nous avons ensuite recruté au 1er juillet une jeune directrice d’école, Miarivola, âgée de 30 ans. Cette personne qualifiée a été choisie pour impulser de nouvelles méthodes pédagogiques et coordonner le travail des enseignants.

 
Rénovation de l’habitat

Au 1er semestre 2018, une maison a été entièrement rénovée, grâce au travail de l’équipe « chantier » : agrandissement, plancher, isolation, escalier, peinture… La grand-mère qui élève seule ses 2 petits-enfants, peut envisager les années à venir avec sérénité. Beaucoup d’autres familles auraient besoin de tels travaux. Notre souhait : pouvoir les aider également !

 
Réparation du bus de ramassage scolaire

En juillet, notre minibus a été endommagé par un accident qui, heureusement, n’a pas fait de blessés. La réparation s’est élevée à 1200 €, un montant important qui a pu être financé grâce à des dons exceptionnels venant de France. Cela a été aussi l’occasion de renouveler le capitonnage des sièges, très abîmé depuis le temps que nous utilisons ce véhicule !

 
Une jeune française à LMA

Alexanne B. a été accueillie pour le mois d’août à LMA. Ses objectifs de stage étaient de donner des cours de soutien en français et anglais aux élèves de CM2 et 3e et de proposer des activités sportives et de loisirs. Alexanne a été très appréciée sur place et son investissement au sein de LMA, a été efficient et un réel encouragement pour tous. Son sérieux et sa joie de vivre ont été de vrais atouts pour transmettre le savoir et le savoir-faire ! Nous la remercions chaleureusement.

 
Rentrée scolaire

26 nouveaux élèves ont été intégrés à l’école, à la rentrée scolaire 2018-2019, ce qui totalise 58 familles bénéficiaires de l’association. Les classes ne pouvant accueillir que 10 élèves, plusieurs demandes ont malheureusement dû être refusées.
A l’école de LMA, les enseignants ont pris le temps de préparer les classes avec les enfants (peinture, nettoyage…), ceci pour briser un peu la glace pour les nouveaux arrivants, et sensibiliser tous au respect des lieux. Les fournitures ont été distribuées, les enfants étaient heureux d’être là ! Le jour de la rentrée débute toujours par la levée du drapeau et un temps de recueillement des élèves.

 

 
Noël : Moments de joie et de partage

Le 22 décembre 2018, LMA-Mada a accueilli à Talakimaso 15 invités venus de Tananarive, en plus des familles bénéficiaires de nos actions, soit environ 280 personnes : tous se sont retrouvés pour partager un moment de joie autour d’un repas de Noël. Au menu : riz, légumes, poulet, viande de zébu, et boissons sucrées pour tous. Un brassage social inédit, avec le mélange à chaque table des invités et des familles du village.

Cette journée festive a été l’occasion pour les 8 classes de l’école LMA de proposer un spectacle réunissant chants et danses pendant 1h30, avec la participation des jeunes scolarisés en externe et de l’équipe pédagogique, qui assurait l’animation de la journée. Pour l’occasion, l’équipe sur place s’était affairée : location de sonorisation, installation de bâches, réparation et achat de chaises et tables, achats et préparation du repas… un investissement de tous !

Tous les enfants scolarisés à la Maison d’Aïna (et les externes) ont reçu un sac à dos adapté à leur âge et à leur taille. Pas de privilège : parrainé ou non, chaque enfant a eu droit à ce cadeau.

Les plus jeunes ont reçu un jouet adapté à leur âge : petite voiture ou poupée. Les meilleurs élèves de chaque classe ainsi que ceux qui ont réussi un examen en 2018 ont été récompensés par un tee-shirt coloré.

 
Des changements de cap inopinés pour certains de nos adolescents

Constat : L’abandon scolaire est fréquent à Madagascar, la motivation personnelle n’est pas toujours là, et la pression financière est forte pour que les adolescents aident leurs parents dans le travail quotidien.

Nous en avons eu l’illustration : Plusieurs adolescentes avaient débuté en novembre 2018 des formations qualifiantes pour un métier manuel, à Tananarive. Nous nous en réjouissions. Malheureusement, sans un suivi parental et un projet-vision à moyen terme, plusieurs ont abandonné en cours d’année, et l’une d’entre elles s’est mariée… Nous le regrettons bien. D’autres, heureusement, poursuivent leur formation courageusement, comme Tsanta Nomena qui fait un apprentissage en menuiserie, en internat à Antsirabe, malgré son handicap (il est sourd muet).

2019 : Développement de projets

Grâce à la générosité de ses donateurs en France et ses partenaires à Madagascar, LMA a été en mesure de développer d’importants projets consistant à pourvoir l’école en électricité et le site de Talakimaso, avec les habitations environnantes, en eau. Début juin 2019, la société malgache Power Technology a offert et installé sur le toit de l’école de LMA des panneaux photovoltaïques. Les deux bâtiments qui accueillent tout au long de l’année les élèves sont désormais autonomes en électricité, des lampes et des prises permettant d’utiliser directement l’électricité créée par ces panneaux. De son côté, Solidarité Eau Sud, une association aixoise, a accepté d’étudier la faisabilité du projet défendu par le CA de LMA-France pour alimenter le site en eau. Une équipe de deux personnes, – le vice-président de SES et un chef de projet -, s’est rendue à Madagascar du 09 au 23 septembre 2019, pour étudier les différentes modalités techniques de captage de l’eau de la rivière ou de l’eau de pluie ou encore le pompage des eaux des alluvions. Une dernière mission devrait se rendre sur le terrain, dès que la crise sanitaire due au Covid le permettra, pour finaliser le projet avant la recherche de fonds estimée à 50 000 euros.

                                   

Temps forts

Sortie au Parc botanique et au zoo de Tzimbazaza :

Suite au beau geste d’une de ses marraines qui a donné la possibilité aux amis et invités de son mariage, de faire une donation pour les enfants de LMA, une journée spéciale a été organisée au zoo de Tananarive qui a permis à plusieurs enfants et adultes de découvrir, pour la première fois, cet univers et certains animaux qu’ils n’avaient encore jamais eu l’occasion de voir.

 

Stop à la rougeole !

La rougeole ayant à nouveau fait son apparition à Madagascar, les plus jeunes enfants de LMA ont été vaccinés courant janvier ce qui n’a, malheureusement, pas empêché qu’il y ait des malades dans les classes supérieures, car certains enfants et pré-adolescents n’étaient pas vaccinés.

 

 

 

 

Au printemps, des scientifiques au potager !

Un groupe de femmes de l’association Siansa sy Vehivavy (Sciences et Femmes de Madagascar), s’est rendue en mars à LMA pour planter des Ravintsara. Les feuilles de cet arbre sont un fortifiant naturel, donné aux élèves en période hivernale pour renforcer leur immunité. Au printemps, 230 eucalyptus ont également été plantés sur les terrains près de LMA, à l’initiative du ministère de l’Environnement : préservation de la nature et lutte contre la déforestation sont des enjeux de taille à Madagascar. A LMA, jardinières et élèves cultivent des légumes au potager et veillent sur les récoltes.

        

          

Voyage de la Présidente et du Vice-Président à Madagascar :

Début juin, Nahida et Denis Cé se sont rendus à Madagascar et ont passé plusieurs jours à La Maison d’Aïna avec les enfants, leurs familles et tout le personnel de l’association. A Tananarive, ils ont rencontré tous les membres du Conseil d’administration de La Maison d’Aïna-Madagascar et différents partenaires, dont le Cabinet Comptable qui prend désormais en charge toute la comptabilité de LMA-Madagascar. A Talakimaso, ils ont été très chaleureusement accueillis par des chants, des danses et beaucoup de joie !

            

                                                                                           

Opération blousons :

A l’approche de l’hiver, des blousons bien chauds ont été distribués pour aider les enfants et les membres du personnel à passer cette période particulièrement difficile dans la région de hauts-plateaux où est implantée l’école. La nuit, le thermomètre tend vers 0° et les conditions de vie sur place imposent à LMA d’aider les familles. Avoir un blouson chaud permet à nos élèves de résister au froid…et d’être moins malades.

                                                                                                                                              

                         

 

Une éducatrice spécialisée à LMA :

Pendant deux mois, en juillet et août, Charlotte C., une jeune éducatrice spécialisée française, a vécu sur le terrain au plus près des enfants, de leurs familles, des enseignants et de tout le personnel de LMA. Après un temps d’observation, elle a encadré les enseignants afin qu’ils prennent à cœur leur rôle éducatif, notamment en termes de prévention. Elle a assuré des formations à l’hygiène individuelle et collective, mis en place un temps dédié aux adolescents et organisé des temps de travail avec l’équipe enseignante pour réfléchir ensemble au projet pédagogique de l’école et au nouveau règlement intérieur.

 

                  

Fermeture du collège :

Le mauvais niveau des enseignants du collège et leurs lacunes pédagogiques qui se reflétaient dans les mauvais résultats des élèves aux examens nationaux, a conduit les deux CA de LMA à inscrire les adolescents suivis par l’association au collège public de la ville d’Ambatolampy (à 6km du site de l’école) et, pour certains, au collège privé FJKM de la même ville. Les 39 élèves ainsi dirigés vers d’autres établissements ne sont pas, pour autant, livrés à eux-mêmes. Ils sont suivis hors temps scolaire par LMA-Madagascar qui continue à assurer leurs repas et bénéficient, tous les premiers samedis du mois, d’un temps d’échange, de parole et d’écoute avec le personnel enseignant. LMA pourvoit bien sûr aux frais d’inscription, aux fournitures scolaires, et aux soins médicaux, comme pour l’ensemble des enfants du primaire. A Madagascar, l’année scolaire débute fin octobre.